La guerre des clans

Une guerre entre Fidèles et Rebelles; Qui la gagnera?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Campement des chevaliers

Aller en bas 
AuteurMessage
Kinairo Dikana
Capitaine de mission Fidèle
avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 31/07/2008

Feuille de personnage
Statut:
Famille:
Nom du dragon et élément: Érinyk (Électrique)

MessageSujet: Campement des chevaliers   Mer 21 Oct - 22:55

Arès le départ du chantier, Kinairo et toute lapetite armé avait décider de monté un campement le temps de trouvé Lumia. Kinairo était dans sa tente en train de se cassé la tête sur plusieur lettre et message. C'était les rapports des éclaireurs qu'il avait envoyr a la recherche de Lumia. Les choses allait mal, il venait de créer un groupe de guerrier pour protéger Lumia et faire régner la paix, mais il fallait aussi tenir compte de la politique du royaume. Au yeux de Nathalia, se groupe fraichement créer pouvait être considérer comme étant un rébellion, mais pour ne pas que cela arrive, il devait Être officialiser par la Reine Lumia. Mais là était le problème.

Il était aller là où elle était supposer se trouver malheureusement elle n'y était pas. Il y était retourner une autre fois pus tard se disant que la premiÈre fois elle devait seulement être absente. Toujours rien. Il avait finit par interroger quelque servant et servante et plusieurs lui dirent qu,ils ne l'avaient pas vu depuis une certains temps déja. C'est a ce moment que Kinairo s'était inquiéter et avait envoyer des soldat en éclaireur pour la retrouver.

Et jusqu,a mantenat cela n'avait rien donner. Par chance Nathalia n'avait toujours rien remarquer, mais dès que cela serait fait elle pourrait envoyer toute l'armé Fidèle pour les anéantir et dans son cas il serait surement capturer et exécuter en publique, par Nathalia elle-même surement, en tant qu'exemple. Il ne pouvait pas laisser cela arriver. Lui et ses hommes devait retrouver Lumia.

Kinairo ne devait pas se laisser abattre et remonter le moral des troupes. Certains avait déja déserté et était retourné chez eux.

Kinairo se leva et sortit de la tente. Érinyk s'approcha de lui. Sans même se parler tout savait quoi faire et ensemble ils s'envolÈrent a la recherche de Lumia. Soudainement, leurregard fut attirer par une certaine agitation près de l'entré du campement faisant face au chantier d'ou il venait. Il indiqua a son dragon d'aller voir ce qui arrivait. Tout deux redescendirent vers le sol ou il attérirent derrière les gardes. Kinairo débarqua de son dragon et se dirigea vers le jeune homme qui venait d'arriver. Il ne pus avoir le temps de lui adresser la parole que celui-ci avait déja commencer a parler. Il demandait a être soldat, a faire partit des chevaliers.


- Je te reconnais jeune homme. Tu es l'esclave qui m'a apporté mon armure. Le simple fait de venir ici et demandé d'être des nôtre prouve que tu as décidé de briser les chaîne de la percécution.

Un autre chevalier intervint.

- Capitaine Kinairo, vous n'aller tout de même pas faire de cet homme un des notre j'espère regarder le. Il a été un esclave toute sa vie, je ne nie pas le fait qu,il est été assez courageux pour briser les lien qui le retenait, mais il n'a pas d'expérience de combat comme nous l'avons, il n'a pas affronter la mort comme nous tous l'avons fait et nous ne savons même pas s'il a un dragon.

Kinairo se frotta la barbe d'un aire pensif.

- Que savons nous réellement de lui. Bonne question. Nous ne lui avons jamais réellement poser la question. Qui somme nous pour juger un homme dont nous n'avons jamais porter aucune attention juste a cause de son statut d'esclave.

Il regarda Doryan droit dans les yeux.

- Mais ce qu'il dit est juste. L'horreur des combats s'apprend par l'expérience, car comme toi nous avons un jour jamais su ce qu'était un vrai combat, mais nous l'avons apprit lors de ce premier combat. Maintenat il reste seuelemt a savoir si tu sais te battre. Si tu passes le test, tu deviendra l'écuyer de l'un de nos hommes, il t,apprendra tout ce qu'il y a a savoir sur la chevalrie et ces principes et ensuite après un certains temps que tu deviendras toi-même chevalier. Et le fait que tu es ou non un dragon m'importe peu, mais se serait tout de même apprécier. Bon maintenant voici ton adversaire. MARYOS

Les chevaliers se mirent en cercle autour de Doryan. Un cercle assez grand pour un duel a l'épée. Un homme en armure entra dans le cercle. Il devait etre de même taille que Doryan. Ensuite on leur tendit un épée identique a tout les deux. Les épée était des épées longue et de poids moyen. (vraiment précis lol) Lechevalier se mit en position de combat. et Kinairo donna le signal de départ.

hj: A partir de là Doryan je te lasse la suite. ;P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doryan
Chevalier de Lumia
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 15/01/2009

Feuille de personnage
Statut: Célibataire
Famille: Famille décédée; Adopté par une famille fidèle; frère de Zofia
Nom du dragon et élément: Mazareth/Lumière

MessageSujet: Re: Campement des chevaliers   Sam 31 Oct - 14:14

En Musique

Doryan émit un rire silencieux qu’il camoufla en baissant la tête. Il était tellement facile de le ranger dans le moule de tous les autres serviteurs fidèles. Même s’il se justifiait maintenant, aucun doute que les soldats bornés ne changeraient pas de regard sur lui. Il devait visiblement gagner leur estime par d’autres moyens.

_ Croyez-moi Capitaine, aussi étrange que cela puisse paraître, je n’ai jamais porté les chaînes de la persécution.

Doryan ne s’attendait naturellement pas à être accueilli les bras ouverts, cependant les remarques désobligeantes de celui qui osa ouvrir la bouche ne l’enchantèrent pas. Le soldat manquait totalement de respect à son encontre. Le « Regardez-le » comme s’il n’était qu’une chose lui fit un instant froncer le sourcil mais transformant cet affront qui se lisait sur son visage en un sourire furieux, il se tourna vers cet homme en armure. Un instant, il voulu garder le silence et faire comme s’il se soumettait à cette opinion tranchante mais non! Quel naïveté! Il était esclave fidèle et il croyait qu’il n’avait jamais affronté la mort. S’il s’était présenté en armure, nul doute que tout aurait été différent.

_ Je n’ai pas affronté la mort tu dis? Qu’en sais-tu? Mes yeux ne sont plus novices en terme d’horreur! Vous, les soldats avez toujours ce tempérament de montrer que vous avez tout vu et tout vécu sous prétexte que vous tenez une épée dans votre main et que le sang y a déjà coulé. Si vous justifiez cela par le sang que vous avez versé pour les fidèles alors sachez que mon sang à moi aussi a été maintes fois versées pour une cause bancale que vous avez décider de quitter. Nathalia sera bientôt à vos trousses alors tu seras bien content de me trouver pour sauver ta peau! Je ne suis peut-être qu’un grain de sable au milieu d’une tempête mais je peux me prétendre, autant que vous, être celui qui enrayera la machine!

Avant même que le soldat entre dans l’arène, le combat semblait déjà avoir commencé pour que le jeune homme prouve qu’il avait du cran et qu’il ne quitterait pas les rangs dès qu’il verrait les hordes fidèles s’abattre sur eux.

Devoir passer un test ne le dérangeait pas mais devenir l’écuyer d’un chevalier l’horripilait d’ores et déjà. Il quittait le service des fidèles pour finir serviteur d’un autre. Le cycle ne prendrait jamais donc fin? Et puis, leur maniements, leurs parades, il les connaissait sur le bout des doigts. Doryan était un hyperactif qui ne pouvait trouver le sommeil qu’en aillant vider ces batteries. Les nuits étaient longues et lorsqu’ils ne déambulait pas secrètement hors du château ou dans le château, les écuries accueillait ses entraînement nocturnes. Ne s’étant jamais retrouvé en face à face dans un combat si ce n’est dans des bagarres de taverne, il ne savait pas si son entraînement avait porté ses fruits. En fait, ce combat serait une révélation autant pour lui que pour les soldats.

Dès que le cercle se fût formé, il n’aurait pu reculer s’il l’avait voulu. On leur apporta une épée. Il s’en saisit, jaugeant avec un soupçon d’inquiétude son adversaire. Qu’arriverait-il s’il n’arrivait pas à le vaincre? Devrait-il retourner chez les fidèles? On pourrait lui couper la langue et lui crever les yeux pour ne pas qu’il ne parle sur l’emplacement de ce campement si on le questionnait. Doryan n’avait pas pensé à l’éventualité qu’il pourrait perdre ce combat et devant son « public », la pression montait. Son poing vînt serrer le pommeau de l’arme. Il ne la lâcherait pas quoi qu’il lui en coûte!

Les deux hommes se firent face, tous deux aussi déterminés. L’un parce que se faire battre par un esclave entacherait sa fierté, l’autre parce qu’il voulait prouver sa valeur et petit bonus, rabattre le caquet de ce soldat qui avait osé le rabaisser. A peine, on donnait le signal que le soldat se ruait sur Doryan qui n‘avait pas prit le temps de se mettre en position. Un coup d’épaule dans le torse à pleine vitesse et Doryan tomba les fesses par terre, dépité. Se relevant rapidement alors que son adversaire avait déjà refait deux pas en arrière pour se remettre en position, Doryan ne se fit pas avoir deux fois et prit sa position. En tout et pour tout, celle de l’armée fidèle puisque les gestes qu’il répétait le soir étaient ceux qu’il avait vu lors des entraînements. Cette fois-ci, il l’attendait! Plus de coup par surprise. Les premiers mouvements ne furent pas très sûr, difficile d’avoir le même aplomb à attaquer lorsque ce n’est plus une vulgaire botte de pailles qui ne rend pas les coups qui vous fait face. Le bruit de métal n’en finissait plus de tinter. Mais la confiance finit par s’installer. Si au début, Maryos avait eu un fort avantage sur le jeune serviteur, celui-ci avait fini par trouver ses marques. Maintenant, le test avait vraiment l’allure d’un combat et les deux hommes prenaient vraiment toute la place qui leur était attribué pour se déplacer. Les mouvements étaient amples et les épées n’étaient pas en bois autant dire que même dans ce test, le risque d’être blessé prenait des allures presque obligatoire... En tout cas pour Doryan qui ne bénéficiait pas de l’armure de protection. Après quelques entailles qui tâchèrent le tranchant de leur lame, il devenait évident qu’il fallait que l’un ou l’autre se décide à prendre le dessus. Tous deux se décidèrent au même instant, les lames passèrent proches tandis que Doryan fit un pas de côté qui lui permit de se mettre hors de portée du coup. Le jeune homme saisit son bras armé, abaissa sa lame et d’un coup de pieds derrière les genoux, le fit plier avant de frapper sa nuque d’un coup de pommeau. L’homme tomba au sol, sonné mais même assommé comme il l’était, sa main se posa dans la terre pour se redresser. Après un soupçon de surprise car Doryan croyait bien que l’homme serait resté couché, l’ex-serviteur posa son pied sur le plat de la lame au sol et planta sa lame à quelque centimètres de son visage. Il avait gagné! Il ne réalisait pas encore très bien ce que ça signifiait. Il ne perdit pas le nord très longtemps. Se tournant vers Kinairo, il voulait recevoir son dû même si celui-ci ne l’enchantait guère.


_ De qui dois-je devenir l’écuyer?

Mazareth, le dragon d’Invisibilité choisit cet instant pour apparaître. Elle avait été sage et silencieuse depuis le début, ne faisant pas souffler ses naseaux sur la terre lorsque son compagnon avait eu des difficultés mais cela avait été dur pour elle vu la complicité que les deux partageaient. Plus qu’une dragonne, Mazareth était une amie et cette vision chez les fidèles était proscrite. Le dragon était un animal à peine plus important que ne l’était Doryan quand on l’appelait esclave. Mazareth ne savait pas encore très bien s’il fallait qu’elle s’enchante de ce changement de situation. Elle espéra même un instant qu’il perde le combat pour qu’ils retrouvent tout deux une vie de secrets ou toutes les nuits ils s’échappaient pour parcourir la ville fidèle. De cette complicité, elle ne voulait rien perdre. Il avait choisi de rejoindre l’armée… elle, aurait voulu continuer de s’amuser à tromper l’ennemi au sein même de leur propre camp avec le rôle qu’ils tenaient depuis des années de serviteurs idiots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinairo Dikana
Capitaine de mission Fidèle
avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 31/07/2008

Feuille de personnage
Statut:
Famille:
Nom du dragon et élément: Érinyk (Électrique)

MessageSujet: Re: Campement des chevaliers   Mar 3 Nov - 21:04

Kinairo resta surpris comme beaucoup de ses compère, mais il n'en laissa rien paraitre comparer a autre. Le combat était a égalité pendant tout le long. C'était coup pour coup, parade, contre-attaque, attaque, défense. Ce ene homme les bases pour être un bon combattant. Le jeune homme qu,il venait d'envoyer venait lui-même d'être nommer chevalier, mais il vait eu une vie de discipline avant, pour pouvoir ce controler. Vint enfin la fin du combat. Doryan avait gagner. Il fut soulager qu,aucun des deux n'eu l'idée de transpercer l'autre. Kinairo regarda Doryan et l'autre homme. C'est là que le dragon apparut. Kinairo ne broncha, mais on pus voir dans son visage comment c,était déplaisant de voir apparaitre cette créature de nul part.

Il devait maintenant décider quoi faire. Il avait les capacité physique, mais était-il discipliné pour autant, c'est ce qu,il désirait savoir le plus. Il se retira dans une tente, sans dire un mot a Doryan, avec d'autre chevalier vétéran. La discutiion et le débat dura une bonne heure avant qu,enfin les chevaliers sorte de la tente. Kinairo s,avanca vers Doryan.


-A genou. Maintenant on va faire ca vite, on n'a pas le temps de s'arrêter a de stupide cérémonie.

Kinairo prit l'épée de Doryan et dans un geste presque cérémonieux posa le bout de l'épée sur chacune des épaule de Doryan et le lui redonna.

-Maintenant tu es chevalier. Donc tu te dois d'être respectueux, protéger les faibles et innocent, peut importe le royaume d'ou il viennent. Avant d'en venir au arme essai de trouver un moyen d'arrêter le conflit sans qu'il n'y ait de bain de sang. Maintenant lêve toi. Bon va voir le forgeron, il devrait avoir une armure a ta grandeur, il doit être a peut près au milieu du campement. Ensuite toi et ton dragon serai libre de vos choix. Mais la priorité et de retrouver la reine Lumia. Tu dois la respecter et la protéger de ta vie. Cet ordre de chevalrie va bientot se mettre a son service. En fait dès qu,on la retrouvera. Bon ben, c'est pas tout, mais faut que j'y aille. Érényk on y va.

Kinairo embarqua sur son dragon et décolla vers le ciel pour aller inspecter les alentour. Il lacha un dernier cri a Doryan avant de disparaitre dans le ciel.

- En passant félécitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doryan
Chevalier de Lumia
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 15/01/2009

Feuille de personnage
Statut: Célibataire
Famille: Famille décédée; Adopté par une famille fidèle; frère de Zofia
Nom du dragon et élément: Mazareth/Lumière

MessageSujet: Re: Campement des chevaliers   Mer 4 Nov - 16:41

Doryan regarda un instant autour de lui pour voir quel homme on lui désignerai. Pas qu’il avait hâte d’aller briquer son armure en échange de quelques cours mais il voulait sonder l’homme pour savoir si ce serait un bon professeur et pas un de ces types profitant d’avoir un p’tit gars à son service comme l’étaient les nobles fidèles. La réponse ne vînt pas. Mazareth apparut et ce fût signe de départ pour le capitaine qui disparut dans une tente avec d’autres soldats. La dragonne passa au milieu des soldats qui se dispersaient maintenant que le spectacle était terminé.

_ Je lui plais pas à ton nouveau copain?

_ C’est le Capitaine Dikana et si c’est le cas, il a tort.

_ Et maintenant, on fait quoi?

_ Je sais pas, j’imagine qu’il faut attendre…

_ Je préfère aller chasser! Préviens-moi quand tu auras l’intention de bouger!


La dragonne décolla. C’était habituel. Même si leur complicité était entière, les deux étaient épris de liberté et rien ne pouvait les empêcher d’agir de leur côté. Mazareth n’avait jamais connu la captivité. Son don d’invisibilité et sa discrétion naturelle l’avait préservé des chaînes fidèles. Elle n’avait pas pour autant abandonner son maître car dès que le soir tombait, ils se rejoignaient pour leur fuite quotidienne.

Doryan était donc resté seul. Il attendait mais il lui était difficile de rester sans bouger. Pire, le fait de ne pas savoir ce qui se disait sous cette tente était le plus insoutenable. Il aurait bien joué à son tour de son don mais de quoi aurait-il eut l’air s’il s’était fait prendre. Se faire retirer toutes ses chances, ne faisait pas parti de son plan. Il regarda le mouvement du soleil quoi frappait le campement pour se donner des repères temporels. Le jeune homme jouait inlassablement avec les cailloux blancs au sol qu’il lançait devant lui.

Enfin, Kinairo réapparut. A peine Doryan se fût-il relevé qu’on lui demandait de se mettre à genoux. Tout ça allait bien vite au point que cela lui sembla bien facile d’être chevalier pour pouvoir y croire. Mais de quoi se plaindrait-il? Lui aussi n’avait pas envie de perdre du temps en cérémonie inutile. Un plat de lame sur chacune de ses épaules et le voilà anoblit. Passez d’esclave à Chevalier avait été si facile! Peut-être trop facile pour que ça change quelque chose pour le moment à son image. Mais tout vient à point à qui sait attendre comme le dit le dicton.


Doryan se retrouva à nouveau seul dans le camp. Son capitaine étant parti en quête de la jeune Reine. Il se mit à la recherche du forgeron. Guidé par le bruit des chocs métalliques, il le trouva au centre du camp, réparant épées, boucliers, armures. L’homme sembla ne pas être surpris de le voir arriver. Sans doute les nouvelles allaient-elles vite dans ce petit camp. L’homme d’âge avancé n’en avait pas perdu sa poigne. Il attrapa Doryan par le poignet et l’amena au cœur de sa tente. Il lui jeta des vêtements à la figure lui indiqua une bassine et lui dit férocement.
_ Va te laver! Les Chevaliers ne sont pas des poux crasseux.

Avant de pouvoir répondre quoi que ce soit, chose que Doryan voulait naturellement faire. Le vieillard avait disparut et tapait déjà sur son enclume avec son maillet. N’ayant pas d’autres alternatives, Doryan se décrassa. L’eau en devînt noire de crasse mais sa peau s‘était éclaircit et ses cheveux qui viraient au brun avaient retrouvaient enfin leur couleur naturelle. L’ex-serviteur s’habilla en vitesse et ressortit à l’air chaud. A peine eut-il mit le pieds dehors qu’il reçut une lourde armure au creux de l’estomac. Doryan expulsa un souffle d’air avant de reculer de quelques pas pour voir ses haillons être jetés sans ménagement dans le feu du four.

_ Là, tu ressembles enfin à quelque chose!

_ Elle est trop grande!

Le jeune homme l’attrapa par les cheveux et le fit plier pour qu’il soit attentif à sa réponse.

_ Ce n’est pas l’armure qui est trop grande, c’est toi qui est trop maigre! Mange et fais de l’exercice et tu la rempliras! Jusque là, tu feras avec!

Il avait armure, épée et devant témoin avait été nommé l’un d’entre eux. Néanmoins pas encore tout à fait accepté, Doryan fit le tour du camp pour se trouver une place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinairo Dikana
Capitaine de mission Fidèle
avatar

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 31/07/2008

Feuille de personnage
Statut:
Famille:
Nom du dragon et élément: Érinyk (Électrique)

MessageSujet: Re: Campement des chevaliers   Mar 24 Nov - 17:45

(pour cette discution, je me fit à la carte qui a été dessiner)

Après quelque heures de recherches infructueuse, Kinairo revint au camp complètement bredouille sans un sel indice de l'endroit ou se trouvait Lumia. Le temps avancait et cela devenait de plus en plus urgent. Si l'idée de la rébellion se rendait au oreille de Nathalia il pouvait être sur que les choses allait empirer, c'est pour cela qu'il devait retrouver Lumia pour pouvoir légitimer cet acte et ne pas encourire aucune peine, enfin, c'est ce qu'il espérait. Nathalia étant une femme inprévisible, cela pouvait tourner au drame. Peut importe, Kinairo s'en retourna vers sa tente ou il réunit son État major pour discuter des choses a venir et avoir leur rapport.

Kinairo: - Voici ce qu'il en est. Durant la patrouille au millieu du territoire nous n'avons rien vus, sinon nous sommes passé a coté, mais nous n'avons rien pas un seul indice. Gontrand, quelle sont les nouvelles du Nord.

Gontrand: -Il semblerait que les chateau ait été achevé. Avec mon escouade nous les avons survolé et il ne semble pas encore habité pour l'instant. Il serait peut-être possible d'aller tout de suite s'installer au chateau de Lumia en espérant qu'elle y soit mais...

Kinairo: -Mais si elle n'y ait pas, on sera encore plus dans le trouble, alors vaut mieux oublié cette idée. Marcos, est-ce que ta patrouille a eu de meilleur résultat.

Marcos: -Je crains que oui. Et j'aurai préférer ne rien trouver.

Gontrand: -Pourquoi dis-tu cela.

Marcos: - Et bien mon frère, ce que j'y ait découvert n'ai pas plaisant comme je vien de le dire et ce en double. Nous nous somme avant tout lieu dirigé vers les Sud en partant du village de la rivière non loin de notre camp. Nous avons atteint la mer après une heure et demi de vole. Là nous avons découvert un village de pêcheur habité par d'autre gens que les pêcheur habitant cet endroit. Nous nous somme aventurer naturellement sachant que nous n'étions pas assez nombreux en cas de combat, mais au moment ou nous y étions, il empillait les cadavres endehors du village et les brûlait. Semblerait que tout ceux habitant ce village ne soit pus. Ainsi nous pasâme notre chemin tout en priant pour ces pauvres malheureux. Ah oui, sur le bord de la mère, il semblait y avoir des bateaux, des drakars, ce qui me laisse pensé que ces hommes viennent du Nord. Des barbares peut-être.

Kinaîro: - Saleté, encore des problèmes qui arrive, cela n'arrêteront donc pas.

Henri : - Déja que l'on a cette sorcière et ce fou de nécromenciens a supporter, il nous faut des barbares maintenant. Mais tu parlait de chose déplaisant en double. Quel est donc cet autre chose.

Marcos: - Bonne question en effet. Après le village, nous avons suivit le rivage vers l'ouest et vous ne devinerez pas ce que nous y avons vu. Au moins une bonne centaine de dragon de tout les gens. Nous avons envoyez un éclaireur rapide, mais il ne s'est pas trop approché. Une chose est sur, ces dragos n'était pas des dragonssauvages, car ces dragons semblait sur le pied de guerre et semblait être organiser. Aller savoir si ceux-ci ne sont pas les Rebelles.

Kinairo: - Ce prépare-t-il eux aussi à la guerre. Les choses au Sud ne semble pas aller pour le mieux en effet. Henri comment les choses se passe dans l'est sur territoire de Nathalia.

Henri: - Comme vous devez le savoir, Nathalia a préparer un bal et j'imagine qu'en ce moment il doit avoir lieux. Tous les nobles les plus importants y sont réunis. Ce serait peut-êtres une bonne idées de s'y rendre et de montrer que nous sommes toujours vivants et peut-être de nous expliquer.

Kinairo: Gontrand: Marcos: - QUOI !!!

Henri : -Et bien , si l'on ne trouve pas Lumia, il faudra trouver un autre moyen de se légitimer. Donc si on explique à la reine que c'est pour devenir les sujets de la nouvelle reine qu'on la quitté elle nous accordera peut-être sont pardon.

Gontrand: -Tu es fous ma parole, elle va te tranché la tête en moins de deux.

Marcos: -C'est le suicide si tu y vas. Elle n'offre aucun pardon lorsqu'on la trahis.

Kinairo: - Calmons-nous messieur. Henri, si tu veux y aller vas-y, mais ne mets pas l'Ordre dans ton stratagème. Nous nous abaisserons pas devant elle jamais.

Henri: - Si c'est ce que vous voulez alors allez-y, aller vous faire tuer dans ces combats sanglant, je vais essayer de nous légétimer que vous le vouliez ou non. Vus me remercierai plus tard.

Sur ces mots, le chevalier Henri quitta la tente et avec son dragonse dirigea vers le chateau de Nathalia.

-Nous prirons pour son âme. Maintenant, on se dépêche. Vous deux, Gontrand et Marcos, vous aller venir avec moi. Nous prendrons 7 autres chevalier. Nous allons voir ce qui se passe avec ces dragons sur la falaisse. Aussi n'oublier pas le drapeau blanc pour dire que nous venons en paix. Car si c'est le fidèles, ils n'hésiteront pas a nous abattre envoyant nos armure, mais avec ce drapeau ils accepteront peut-être de parlementer.

Gontrand: -Pourquoi y aller.

-J'ai seulement une petite idée derrière ma tête au cas ou ne trouvions pas Lumia. Pendant que nous somme partis, envoyer d'autre personne en patrouille. Et que quelqu'un surveille ces barbares.

Dès que les ordres furent donéé, tous allèrent a leur poste. Ainsi, Kinairo, Gontrand et Marcos, ainsi que 7 autres chevalier décollèrent pour aller vers les falaise et la crique. Henri de son coté alla plaider sa cause chez Nathalia ( en espérant qu'elle lui coupe la tête Razz ) et d,autre patrouille partirent à la recherche de Lumia et aller surveiller ces barbares.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Campement des chevaliers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Campement des chevaliers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» chevaliers galadhrims
» Bonjour les chevaliers pourpres-11 avril 2010
» salut aux vrais chevaliers !!!!!!!!!!!!!!!
» Les Chevaliers d'Emeraude
» Tournoi des chevaliers...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans :: Terre :: Terres de combats-
Sauter vers: